Financer une formation

Le financement des frais de formation dépend du statut du candidat.  

En voici les principaux : 

- Salariés en contrat à durée indéterminée :

Le Fonds d'assurance formation auquel cotise votre entreprise peut prendre en charge tout ou partie du coût de la formation, avec le maintien de la rémunération dans le cadre du Congé individuel de formation (CIF). L'employeur peut également financer la formation dans le cadre du plan de formation de l'entreprise. 

- Salariés en contrat à durée déterminée :

La succession de CDD peut vous permettre de bénéficier du CIF (Congé individuel de formation). Allez vous renseigner auprès de l'organisme paritaire dont relève votre employeur. 

- Intermittents du spectacle :

L'AFDAS (Fonds d'Assurance Formation des Travailleurs du Spectacle) peut prendre en charge tout ou partie du coût de la formation et la rémunération dans le cadre du CIF. Dans le cadre du plan de formation, l'AFDAS prend en charge tout ou partie du coût de la formation. La rémunération est assurée par Pôle emploi www.pole-emploi.fr. 

L'IMCA dispose d'un agrément de l'AFDAS pour ses stages courts.

CPF - Compte personnel de formation :

Toute personne dispose à compter du 1er janvier 2015 d’un CPF dès son entrée sur le marché du travail et jusqu’à son départ à la retraite. Succédant au DIF supprimé au 31 décembre 2014, le CPF permet de bénéficier de formations qualifiantes, et/ou permettant d’acquérir des connaissances de base et de réaliser un accompagnement VAE. Il est attaché à la personne même en cas de changement de situation professionnelle ou de perte d’emploi. Ce compte est alimenté chaque année d’un nombre d’heures dans la limite d’un plafond de 150 heures. Les heures acquises dans le cadre du DIF demeurent mobilisables jusqu’à fin 2020.

- Demandeurs d'emploi :

Dans tous les cas se renseigner auprès de Pôle emploi. 

- Jeunes (moins de 26 ans) : 

Il n'existe pas de dispositif unique, mais des aides diverses peuvent être apportées selon les situations locales et régionales (chèques formation, PLIE, Fonds d'aide aux jeunes...), se renseigner auprès des Missions Locales. 

- Demandeurs d'emploi indemnisés :

Pôle emploi maintient l'allocation chômage durant la formation (en fonction de la durée des droits acquis) mais accorde très rarement une aide à la formation. 

- Les personnes au RSA :

Les frais de formation peuvent être partiellement pris en charge par le Conseil Général. Se renseigner auprès de Pôle emploi et du référent social. 

Demandeurs d'emploi ayant le statut de travailleur handicapé :

La formation peut être prise en charge par l'AGEFIPH www.agefiph.fr. Se renseigner auprès de Pôle emploi, du CDAPH www.handroit.com et du MDPH www.service-public.fr. 

 

Les formations de l'IMCA sont-elles chères ? 

Elles paraissent parfois chères aux candidats, à Pôle emploi ou aux organismes financeurs. C'est d'abord parce que le public et les personnels des administrations n'ont pas une idée exacte de ce que coûtent réellement l'éducation et la formation. Selon les chiffres d'une étude officielle du Ministère de l'Education (Source : MENESR-DEPP), en 2013 la dépense moyenne par élève pour le collège était de 8 240 €, le lycée (filières littéraires et technologiques) 10 960 € et 12 210 € en lycée professionnel. 

Ceci correspond à un millier d'heures de formation dans des classes comptant en moyenne 30 élèves ! Les formations à des technologies nouvelles nécessitent un matériel très coûteux, qui s'use vite, et aussi un nombre élevé de formateur. Il est possible - même si c'est difficile - de faire un cours à 30 personnes, alors qu'il est impossible d'apprendre le maniement d'une caméra vidéo avec un seul intervenant et une seule caméra pour trente personnes !